Présentation de la revue

Les origines de la revue

Pour saisir le sens que prend la revue DEFI, il faut remonter à la création du dispositif qui la porte, c'est à dire le collectif de recherche Psymas.
Ce dernier a été fondé en 2014, dans le but de construire un espace ressource concernant l'accompagnement des personnes en situation de handicap et de dépendance. Il s'agissait alors de réunir les psychologues concernés par ce type de pratique institutionnelle, qu'ils exercent en FAM, en MAS ou encore en EHPAD.
Au fil des années, l'équipe Psymas s'est agrandie, bénéficiant d'expériences et d'approches toujours plus diverses. Pour chaque psychologue venant prêter son concours au projet, une nouvelle dimension s'ajoutait aux regards croisés de tous les autres.
Nous avions chacun, en effet, une manière personnelle d'approcher la réalité de cette clinique de la vulnérabilité. Au-delà de la formation de base de tout psychologue, nos regards venaient colorer la réflexion collective de leurs particularités: la psychologie sociale parlait à celle du développement, tandis que la neuropsychologie venait rencontrer la philosophie existentielle... Chacune de ces approches n'étant pas concurrente des autres mais complémentaire.
L'équipe Psymas est progressivement devenue ce qu'elle est aujourd'hui: non pas un simple agrégat de points de vue mais une constellation, un prisme cherchant à considérer le sujet dans sa globalité sans le limiter à quelques considérations théoriques hermétiques les unes vis-à-vis des autres. Nos pensées ne s'accumulent pas, elles convergent dans une tentative de compréhension clinique et éthique des pratiques sanitaires, sociales et médico-sociales avant tout perçues comme des actions déployées par des humains et à destination d'humains.

Peu à peu, nous avons pu construire une représentation multidimensionnelle de l'accompagnement des personnes et du système institutionnel dans lequel il se déploie.
La revue "Repères éthiques", présente sur le site du collectif, est à cette image: écrite à plusieurs mains, elle s'intéresse autant à la personne qu'à l'établissement qui l'accueille ; autant à la clinique du sujet qu'à l'éthique du système. Pour chaque thème abordé, la logique de notre approche s'affermissait dans cette volonté de penser l'autre de la manière la plus large possible.
Ce travail de recherche promeut un sens et une portée. Le sens d'une humanisation des pratiques en vue de favoriser la reconnaissance de l'usager en tant que personne ayant droit aux plus grands égards. La portée d'une réflexion sur la pratique et d'une pratique de la réflexion s'inscrivant dans tous les établissements amenés à accueillir, accompagner et prendre en charge les plus vulnérables.
Ces cinq années de réflexions communes ont permis la rédaction de plusieurs numéros des repères éthiques aboutissant à la publication d'un ouvrage aux éditions érès.
Aujourd'hui, le collectif de recherche poursuit ses travaux, mais une évidence est apparue: bien que multithéorique, notre approche des choses est uniprofessionnelle. Faits par des psychologues, les repères éthiques n'embrassent pas -loin s'en faut- la totalité des pensées existant dans les établissements et services.
C'est dans ce constat que l'idée du DEFI s'est faite jour.

Le DEFI: une convergence de regards professionnels

Nous proposons la revue DEFI dans l'idée de construire un dispositif de recherche permettant d'accroître la portée des réflexions développées jusqu'alors.
Cette dernière n'a pas vocation à simplement compléter les repères éthiques: elle vise l'instauration d'une approche différente, basée sur une réflexion transdisciplinaire concernant des thèmes intéressant l'ensemble des acteurs du prendre-soin en institution.
Ainsi, le but du DEFI est triple:

  • Penser l'éthique dans le champ institutionnel de l'accompagnement des sujets vulnérables: quelles sont ses formes? Comment se déploie-t-elle? Comment la construire? La défendre parfois?
  • Faire converger les regards professionnels: chaque profession est une dimension du prendre-soin, il s'agit donc de proposer un espace collectif où se regroupent non pas les aspects qui nous différencient mais bien ceux qui font de tous les professionnels les acteurs d'un même projet ; ce dernier étant le développement d'une pratique bienveillante et humaniste à destination des plus fragiles.
  • Développer le transdisciplinaire en lieu et place du pluridisciplinaire: la revue ne cherche pas à construire une "maîtrise" des thèmes concernés. Il s'agit bien d'un abord éthique, toujours à construire dans une quête de sens et non de vérité.

Ainsi, nous vous proposons de rejoindre le projet du DEFI en répondant à nos appels à contribution, en vue de partager vos articles pour construire ensemble une pensée commune autour des pratiques institutionnelles déployées au quotidien.

Qui peut contribuer au DEFI?

Tous les professionnels d'établissements et de services sanitaires, sociaux et médico-sociaux souhaitant s'inscrire dans un "penser ensemble" sont les bienvenus pour proposer des écrits.
Quel que soit votre métier au sein de votre structure d'exercice, votre pensée est une pierre participant de l'édifice éthique qui s'établit au quotidien autour des personnes vulnérables. Les thèmes qui seront proposés (voir à ce propos le fonctionnement de la revue) sont transdisciplinaires, la seule limitation de participation ne dépend donc que de votre volonté d'en dire quelque chose ou non.
Sont donc concernés les directeurs généraux ou locaux, les AMP, les chefs de service, les Aide-soignants, les Psychologues, les Ergothérapeutes, les Psychomotriciens, les Travailleurs sociaux, les Infirmiers et bien d'autres. Que votre pratique se déploie dans un service de type FAM, MAS, MAIA, CHRS, LHSS, CHU, Pension de famille, EHPAD, SAMSAH, SAVS, vous êtes invités à participer à ce projet collectif.
Quelle que soit la nature de l'établissement ou du service et le type de pratique professionnelle, chaque personne souhaitant s'exprimer sur l'éthique et le fonctionnement institionnel est plus que bienvenue.

A qui s'adresse la revue?

La revue s'adresse à toute personne intéressée, à titre personnel et/ou professionnel, par l'éthique et la manière dont elle peut éclairer le fonctionnement institutionnel.
Fondamentalement professionnelle, elle n'en reste pas moins ouverte à tous ceux voulant s'en saisir.